Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 10:58

Tout fout le camp chez les parents. Heureusement que je n'y suis parce que j'aurai pas supporté l'ambiance. Je vous raconte...

Après avoir perdu Sheeba, le chat hérité de ma grand mère, ma mère l'a retrouvé complètement traumatisé et la groupe défoncée. A peine pouvait-elle marcher la minette, elle avait la queue toute brisée et elle était toute déboussolée. Elle se faisait même pipi sur la queue.

Après avoir chasser de nos esprit l'idée qu'un zoophile courait les rues du village pour violer les minettes égarées, ma mère l'emmena chez le véto (Sheeba, pas le zoophile). Conclusion, elle dû se coincer la queue (dans une porte, sous une roue, dans un clapier ou que sais-je encore), et elle aurait tiré un grand coup pour se libérer. Résultat, elle s'est déboité la queue, comme on se déboite une épaule. Y'avait plus qu'à couper. Maman a donc récupéré une chatoune à collerette et sans queue, traumatisée jusqu'à la moelle et lui tournant le dos dès qu'elle s'en approchait.

453.png

Mère, dépitée qu'elle était des malheurs de Sheeba, a trébuché une première fois dans les escaliers. Puis une seconde. Et enfin une troisième fois qui la fit perdre l'équilibre. Mère a chu et s'est fracassé le fessier sur le palier. Une frayeur pour le col du fémur, mais non, tout va bien. Elle a juste été complètement handicapée de son corps et incapable de se mouvoir pendant 5 jours mais sinon, tout va bien.

Je vous ai déjà dit que cette ville, où j'ai grandi, était maudite?



 

Repost 0
Published by Lilith - dans Zoologie
commenter cet article
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 10:47

 

Depuis vendredi, je suis chez mes parents, là bas en Bourgogne où c'est qu'on boit du bon vin. En plus d'y retrouver la famille, je peux de nouveau câliner mes chats fous, en villégiature là bas jusqu'en septembre.

Je dois bien avouer qu'au début ils m'ont pas mal boudé les minets. Mais comme d'habitude, ils ont rapidement repris possession de mes genoux, de mon bidou et de mes bras. Et bien sachez que cette ronronthérapie me fait un bien fou!

IMG 2184

[ Le truc informe et moche que je porte, c'est mon gilet spécial régression bourguignone]


Cela dit, faut quand même que je vous narre : Midas a prit la stupide initiative d'aller se balader dans le jardin de mes parents. Or dans le jardin de mes parents se promène régulièrement le chat de mes parents. Chat hargneux si il en est, Nienna la terrible.

Lilith a donc passé près d'une demi heure à quatre pattes dans l'herbe en pleine nuit, pour essayer de choper un Midas rebelle. Oui rebelle. Car le minet me laissait l'approcher à 5 mètres, me regardait tranquillement jusqu'à ce que je décide de faire un pas vers lui , et filait comme un dératé à travers les hautes herbes de notre jachère jardin.

 

Au cours de cette interlude champêtre, je me suis sentie comme une puissante amazone, avec un côté Jane à la recherche de Cheeta.


Jane3.jpgBref, j'avais retrouver mes instincts premiers. C'était si fort d'être ainsi en harmonie avec la nature que j'en ai miaulé à mon tour. Ça a cessé de m'amuser après le troisième tour du jardin, alors que les branches lacéraient ma jupe et que j'avais des cailloux dans ma chaussure droite.

J'ai chopé Midas par la queue , ce qu'il n'a pas aimé, je l'ai pris à bras le corps et je l'ai ramené dans ma chambre, comme un sac.

 

Sale bête....

Sinon, vous pouvez me lire ici.

 

 

Repost 0
Published by Lilith - dans Zoologie
commenter cet article
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 07:00



Finissons en avec la saga des animaux et pour terminer en beauté, parlons un peu des bêbêtes originales.

25761_1364647229043_1017480326_1098800_5118134_n.jpg

Zézette est une tortue de terre (riez, riez), qui vit chez ma grand mère depuis des années. A vrai dire, elle était déjà là quand ma grand mère est née, ce qui nous laisse supposer que la bestiole a bien plus de cent ans. Et elle le vit très bien, même si elle s’est fait arracher le nez par un rat dans sa jeunesse. Zezette elle est trop cool, parce que quand elle a faim, elle te «court» après en ouvrant et fermant sa grande bouche sans dents. Dès lors, on comprend qu’il est l’heure de la rassasier avec des fraises, des bananes ou du pain de mie trempé dans du lait. Je pourrais passer des heures à la regarder traverser le jardin.

Et puis il y a
Justin aussi, le lama du centre ou je passais mes vacances. Malgré ses gènes, Justin ne crache pas, par contre il a les dents de travers. Je l’aimais bien moi Justin, avec ces grandes pattes et ses yeux globuleux. Je crois que j’étais amoureuse de lui en secret.

7931_1217856333436_1439724786_30612709_2922330_n.jpg

Je peux aussi évoquer le cas de Bubulle, un poisson rouge que j’avais du gagner dans une fête foraine. Aujourd’hui quand j’entends Bubulle, je pense plus à Bob l’éponge qu’à mon copain le poisson. Oui,  il n’y a pas grand chose à dire sur un poisson rouge... ah si, un ami de la famille a, un jour, réussi à ramener le sien à la vie en lui faisant du bouche à bouche avec une paille. Le poisson a ressuscité mais il était devenu tout blanc.

Y’a eut aussi un grand nombre d’animaux, genre oiseaux et souris, qu’on a essayé de sauver après l’attaque d’un chat. Ils n’ont pas duré plus de 24h pour la plupart (oui, Nienna est violente) et le seul dont je me souvienne c’est ce petit oiseau baptisé pour l’occasion,
Piaf Paul.

piaf Paul (1).JPG

Je crois avoir fait le tour de mes amis les bêtes, même si j’en ai sans doute oublié pas mal. avec tout ça, vous comprenez mieux pourquoi je m’alourdis de deux chats ; l’amour des bêtes c’est dans mes gènes, c’est ainsi et je l’assume. D'ailleurs, je rêve encore d'un perroquet et d'un python... A chacun ses faiblesses.!

Sur les photos : Zézette, Justin & Piaf Paul











Repost 0
Published by Anonyme - dans Zoologie
commenter cet article
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 07:00



Pour continuer sur la thématiques des petites et grosses bêtes de ma vie, j'enchaine avec les rongeurs.

Tout a commencé avec Patsy, la lapinette de mon frère, une teigne toute grise qui mangeait mes petite culottes. Mon frère la mettait dans ma maison de poupée et elle y passait des heures, sans bouger. Epona l'adorait, elle courait autour en remuant du pompon, alors que Bunny, elle s'endormait à ses côtés. Mignon n'est ce pas? Un jour sans le faire exprès, j'ai arraché une griffe à Patsy et c'est ainsi qu'est née ma passion pour la torture j'ai grave paniqué parce que y'avait du sang partout...

 

2 rat et un serpent.jpg

Après, mon frère s'est pris une souris, baptisée Pickpocket, ce qui m’a rendue jalouse alors ma maman m'en a acheté une quelques semaines plus tard, Polly. Le problème c'est qu'à peine la cage installée, le chat ou le chien l'a fait tombé et les deux rongeurs ont disparu. Mais, c'est vraiment une l'histoire de ouf ; Polly a du se faire gober par le chat mais Pickpocket, genre plusieurs semaines après s’être échappée, est revenue d'elle même vers mon frère C’est fou, hein? Okay cette conne de souris a fini par s’égorger toute seule un interstice de sa cage...

A 14ans, on m'a posé un appareil dentaire, des vilaine bagues pas belles. Pour me remonter le morale, Maman m'a offert un cochon d'Inde. A l'animalerie, j'ai (bien sur) pris le plus chétif, celui qui se faisait martyriser par les autres. Alors que je lui cherchait un nom, j'ai proposé Osiris et la bête a fait une énorme Couiiiiic, donc ce fut Osiris. C'est devenu un gros doudou qui tressautait dès qu'on lui grattait les fesses. Il faisait un bruit pas possible en grignotant sa petite maison en plastique, mais qu’est ce que je l'aimais. Quand je lui offrait une carotte, il poussait une succession de couic adorables (oui, un couic peut être adorable). Il adorait aussi les grattouilles sous le menton. La brave bête à vécut 6 ans, jusqu’à mes 20 ans ; je l'avais encore en emménageant dans mon premier appartement.

le trio infernal.jpg

Vers mes 15 ou 16 ans, je sais plus, j'ai craqué pour un rat, enfin une ratone, Proserpine, grise et blanche. Une bestiole fabuleuse, câline et intelligente. J'ouvrais sa cage tendait ma main et elle montait le long de mon bras jusqu'à mon cou, où elle passait des heures. Elle faisait des bisous à Osiris quand je les laissais en liberté dans ma chambre, et moi, elle me faisait carrément des bisous sur la bouche. Elle a fini par décéder et on l'a enterrée dans le jardin. Mais bien avant de mourir, je lui avait trouvé une compagne, Perséphone ( forcément), une p'tite ratone blanche aux yeux rouges. Elle était un peu plus sauvage mais faut dire qu’elle avait té traumatisée dans sa jeunesse. En fait quand je l'ai acheté, elle avait déjà été engrossée par un de ses frère à l'animalerie et du coup, quelques jours après son arrivée chez nous, elle a mis bas de plein de choses imberbes et très laides. Elle était trop jeune pour être mère et elle a tué elle même ses bébés tellement elle paniquait. Donc oui, forcément, elle était pas très zen comme ratounette. Elle et Proserpine dormaient l'une contre l'autre, impossible de les séparer. C'était vraiment choupi-trognon.

A une époque, ma chambre était habitée par Osiris, Perséphone et Proserpine, mais aussi par Lestat, un mini hamster angora trop cool. Acheté sur un coup de tête que je n'ai jamais regretté, il avait des longs poils qui formaient parfois des méga dreadlocks. Il dormait sur le dos et quand je lui grattouillais le ventre, il sursautait comme un con. Des fois il s’asseyait dans sa roue, genre comme sur un trône, adossé aux grilles et les papattes dans le vide ; un vrai pacha !

P1010185.JPG

Oula, ça en fait des animaux, hein? Je me sens un peu Brigitte Bardot, mais j'assume carrément parce que les bêtes, c'est vraiment trop cool.

Sur les photos : Proserpine et Persephone, Osiris, Proserpine et Persephone, Lestat.



 

 



 

Repost 0
Published by Lilith - dans Zoologie
commenter cet article
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 07:00



Comme promis, la suite de mes compagnons à poils avec aujourd’hui, les équidés. J'ai déjà parlé de ma passion pour les chevaux ainsi que pour l'équitation, et que ça me tue de ne plus en faire depuis mon installation parisienne. Cela dit, je n'oublie en rien ce que j'ai vécut par le passé, à califourchon sur chevaux et poneys qui m'emportaient à travers les champs.

A vrai dire, des cheveux dans ma vie, y'en a eut un paquet, même jamais aucun ne m’a appartenu, mais certains m'ont plus marqué que d'autre. Éclipse par exemple, magnifique trotteuse alezane que j'ai montée pendant près de 6 ans, dans la colo' où j'allais plusieurs fois par an. Hannn, ma Clipsouille d'amour ! le premier équidé dont je suis me suis vraiment prise de passion. Je crois que plus jamais je n'ai vécut une telle relation avec un cheval. Car même si c'était une vraie pisseuse, entre Éclipse et moi c'était l'harmonie totale. Seuls les cavaliers connaissent ça, cette sensation de ne faire qu'un avec sa monture, quand il nous suffit d'esquisser un ordre, voir même d'y penser seulement, pour que l'animal s'exécute.... le bonheur total ! Je ne me suis jamais sentie aussi bien que sur le dos de ma Clipsouille, même quand elle faisait la couillonne et refusait d'enchainer de beaux déplacements latéraux (en même temps c'est une trotteuse). Et si belle quand je la lâchait, libérée dans son pré et qu'elle partait dans une folle galopade, la queue en panache et sa crinière de feu flottant sur son encolure. LE rêve de liberté?

clipsouille.jpg

Dans ce même centre de vacance, il y avait Duc, un autre trotteur qui avait fait pas mal de courses. Un cheval débile, sans doute justement à cause de l'intransigeance de son passé, mais tellement adorable. Et que je te mâchouille les cheveux, et que j'hennis comme un fou quand tu pénètres dans l'écurie et que, même en liberté, je te suis partout. Le seul soucie de Duc(on), c'est qu'il était pas très futé ; lancé en plein galop, cet imbécile fonçait dans les arbres. D’autant qu'il était très grand (1m78 au garrot) avec des longues jambes qu'il avait du mal à coordonné. En 1h de reprise, il ne trébuchait pas moins de quinze fois. Autre soucie, sans doute du a son passé de coureur, cette brave bête était devenu insensible de la bouche. Donc, il était très compliqué de le faire ralentir, ce qui est encore plus embêtant pour un cheval de course qui fait de grandes enjambés et qui donc, va très vite. Il m'a fallut du temps pour trouver la solution de freinage, mais j'ai réussie. Ce cheval était débile, mais je l'aime tellement que j'en ai fait mon chouchou (en plus, l'est trop beau). Je me rappelle d'une reprise pendant laquelle j'avais fait sauter ce cheval qui n'y était pas, mais alors pas du tout habitué. Quelques jours plus tôt, la mono avait tenter de le faire enchainer plusieurs obstacles mais il l'avait mise au tas. Alors forcément quand on m'a dit : saut avec Duc, j'ai cru que c'était une blagounette. Ben même pas. Mais ce jour là, j'ai tellement bien géré (et Duc aussi) que le soir j'ai surprise les monitrices en parler entre elles. Je n'étais pas censé l'entendre mais elles parlaient de ma performance du jour, impressionnées, saluant ma maitrise de la bête et mes qualités de cavalière. J'étais émue, et du coup, je n'en ai que plus aimé mon Duc.

duc eclipse.jpg

A un moindre niveau, il y a eut Bounty (comme la barre chocolatée). Enfin quand je dis moindre niveau, je parle de taille parce que Bounty ne fait pas plus d'1m40. Par contre, je crois qu'il était tout aussi couillon que le grand Duc(on). Parce que oui, Lilith aime monter sur des petits chevaux, et aussi sur des poneys, même si j'en ai les pieds qui trainent au sol (dois-je rappeler que ce n'est pas la taille qui compte?). Bref, Bounty c'est le poney qui refuse d'avancer si il n’y a pas le cucul d'un copain devant, sauf quand c'est Lilith qui le monte. Éhé, parce que généralement on le filait aux débutants le Bounty qu'est pas grand, qu'est pas méchant... mais qu'est ce qu'il est chiant ! Et quand il l’était trop, on appelait Lilith pour qu'elle lui remette les idées en place à ce poney, afin que je lui apprenne ce qu'on attendait de lui. Non parce que cette teigne d'adorable poney aimait jouer avec les cavaliers incompétents et les emmenait balader un peu où il voulait. Même qu'un jour où je lui montrait, au poney, qu'il pouvait galoper, même en reprise et pas qu'en extérieur, il m'a fait tomber. Oui oui ! Je vous la fait courte : je parviens à lancer la bête dans un beau galop régulier, je suis ravie et fière de moi, tellement que je baisse ma garde. Le truc à pas faire quoi. Là, le poney en profite pour piler net, sans prévenir... et PAF ! Lilith fait un tourneboulé par dessus la tête à Bounty et se retrouve le cucul dans le sable. Ah beh ça m'a fait bizarre : j'avais pas chu depuis des années, et c'était ma première chute de PONEY ! Bon, ça va hein, c'est pas haut, mais mon égo en a pris un coup. Par contre, malgré sa petite taille, il était beau, beau, beau avec sa petite tête et son regard de petite peste ! Et trop mignon quand il galopait à travers les champs du haut de ces mini-jambes !

Leo.jpg

Et enfin Léo. Léo, je ne l'ai pas connu assez longtemps parce que j'ai fait sa rencontre lors de mon stage dans un club en Irlande en 2006. Notre idylle n'a duré que deux semaines, mais quelles semaines ! Il n'avait que quatre ans, donc c'était encore un jeune cheval fougueux, pas trop habitué aux reprises et à un autre cavalier que son propriétaire/dresseur. Mais j'ai impressionné tout le monde en maitrisant la bête lors de sa première balade en extérieur, et plus encore quand je l'ai fait enchainer un joli parcours d'obstacle de plus 90cm alors que la bête n'avait jamais sauté plus que 50cm. Que de souvenirs ; Il était jeune il était beau, il s'appelait Léo...

Bien sur, je pourrai encore vous parler de Gazelle, la magnifique petite fusée, de Nini la comtoise adorable qui tirait l'attelage, de la vache Kelly (énorme jument pie noire), de Simba ou encore de Mac'aline, le poneys blond. Mais ça serait bien trop long..

Mac caline.jpg

Sur les photos, dans l'ordre : Eclipse, Duc et Eclispe, Léo, Mac'aline.











Repost 0
Published by Anonyme - dans Zoologie
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 07:00



Après un premier récit de ma vie en compagnie des chats, voilà la suite avec les chiens, histoire de ne pas faire de jaloux. Certes, dans ma vie je n'en ai eu "que" deux (et encore, on n'a pas encore prouvé leur potentiel canin), mais j'ai toujours adoré les chiens. Autant que les chat. Sepuis toujours, j'ai un super feeling avec les canidés, qu'ils soient gros ou petits, poilus ou rasés, baveux ou bien élevés. Les chiens me kiffent et je le leur rends bien.

Quelques mois après ma naissance, mes parents sont devenus les heureux possesseurs d'une magnifique petite chienne répondant au doux nom de Epona de Feuille-bois. C’est qu'elle avait un sacré pédigrée la bestiole. Mais pour tout vous dire, Epona est un caniche nain et on en a tous des préjugés sur les caniches nains. Sauf que (beh oui), même si Epona aboyait très fort dès qu'un individu (ou un oiseau) entrait dans le jardin, elle n'a jamais été le moins de monde agressive. Pas une morsure, pas une attaque, pas un grognement (sauf à la fin de sa vie quand on essayait de la soulever). Epona n'aimait pas l'eau, ce qui est plutôt embêtant pour une race qui chasse le canard, mais Epona adorait les gosses. Et des fois elle se mettait sur le dos, comme un gros chat pour qu'on lui gratte le bidou. D'ailleurs, elle et Bunny s’entendaient à merveille.

Sans titre.jpg

Quand Epona a eut six ans (et moi aussi par la même occasion), on lui a organisé une blind date avec un caniche du coin, couleur beige. Il s'appelait Furax mais en fait il a eut peur d'Epona quand elle lui a montré ses fesses. Même que je me souviens parfaitement ; c'était le printemps et notre chienne courait après le pauvre petit mâle. Quand elle l'a rattrapé, c'est elle qui lui est montée dessus pour lui montrer comment faire. Il a fini par comprendre, moi je me suis demandée pour les chiens ils restaient collés, on m'a parlé d'une histoire de petite graine. J'ai trouvé ça bizarre parce que Epona n'avait jamais fait de jardinage, mais bon.

Deux moi après, elle perdait les eaux pendant le repas, repas auquel était convié des invités. Direction véto (23h), le premier chiot ( qu'on a gardé) naissait par le siège, et deux petites patounes sortaient à moitié du trou de la mère. Le véto a pris du lubrifiant, il a chopé les patounes qui s'agitaient et il a tiré un coup. Mélodie était née. Y'avait trois autres chiots, deux gros mâles et une petiote qui est morte au bout de quelques semaines. Je ne m'en suis jamais remise. Mélodie s'était la plus grosse, elle bouffait mes Barbies et se laissait trainer sur le parquet, la gueule accrochée à un torchon que mon frère tirait. On a légué les deux mâles et Mélodie est devenue un hybride de chien.

P1010058.JPG

Elle est adorable, mais vraiment, et toujours en demande d'amour, de bisous et de caresses, mais elle a peur de tout. D’absolument tout. Elle se tortille en faisant un bruit de porte qui grince quand elle a envie d'un truc, elle piaule derrière la porte des toilettes quand on y est parce qu'elle se croit abandonnée, elle aboie pour un rien et n’est pas foutu tenir tête aux chats. C'est moi qui l’avait baptisé Mélodie et grand bien m'en a pris étant donné que la fillette est une chieuse chanteuse. Oui, oui. Elle fait des "Waouaaouuhiiiiiiiinoouu" interminables de manière assez fréquente. Et pour rien en plus, juste pour nous faire entendre sa douce voix. Moi je dis Nouvelle Star.

En même temps Mélo est une enfant traumatisée ; violée à 13 mois pas un clochard même pas beau, même pas courtois, même pas galant. Depuis elle a connu trois autres avortements... Ah oui, et une fois quand elle était mini, elle a bouffé de l'anti-limace ; première lavage d'estomac à quatre mois. Je crois que le produit a laissé des traces indélébiles dans son cerveau allumé.

On a fait piqué Epona quand elle on avait 16 ans. Elle était aveugle et elle avait de grosses tumeurs depuis un moment, mais on attendu d'être surs qu'elle souffrait de sa vie avant de nous décider. Non parce que, même aveugle et grasse et débile, elle continuait à courir dans tous les sens et à apprécier les câlins. Mais quand ça n'a plus été le cas, il a bien fallut prendre une décision. Le véto a fait ça chez nous, en présence de Mélodie. Ça a été un énorme déchirement pour toute la famille. Mélodie ne comprenait pas, elle secouait le corps de sa maman pour la réveiller mais comme ça marchait pas, elle s'est juste couchée à côté d'elle. Ensuite elle a passé trois semaines à la chercher partout, à monter dans la voiture à chaque fois que quelqu'un en descendait, pour vérifier si ça mère n'y était pas. Un vrai coup dur.

Aujourd'hui, Mélo est toujours parmi nous, enfin parmi mes parents. Depuis que mon frère et moi avons quitté le foyer, elle a fait de ma mère sa déesse, son unique raison de vivre. Elle passe ses journées à l’attendre à la fenêtre et dès que ma mère est là, elle ne la lâche pas d'une semelle. C'est assez touchant.

P1010005.JPG

Mon père ayant été chasseur (bouuuh) dans sa jeunesse, il a eut pas mal de braves chiens dans le genre. Et du côté de ma mère, je ne sais plus quel ancêtre a eut un lévrier afghan, l'un des premiers de France. Des bêtes magnifiques.

J'adorerais avoir un chien à moi, mais un vrai, un gros avec plein de poils. Mais jamais, au grand jamais je ne condamnerai une telle bête à la vie en (petit) appartement. A la rigueur, si j'avais un loft de 150m², je me laisserais sans doute tenter par un cavalier king Charles ou un beagle. Mais mon grand rêve c'est le berger belge groenendael et/ou le terre neuve méga nounours, tellement gros et poilu que le machin il te sert de canap'. Je suis sure que Midas et Bastet aimeraient avoir un tel compagnon.

funny-pictures-cat-spots-an-intruder.jpg

{via Love Meow}

Sur les photos, dans l'ordre : Epona & Mélodie, Mélodie x 2.











Repost 0
Published by Anonyme - dans Zoologie
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 07:00



Comme vous devez le savoir, je partage mon appartement avec deux chat-fous, ce qui entraine systématiquement chez les autres cette question : Pourquoi tant de bêtes? La réponse est simple, je ne peux pas m'en passer, ni même l'envisager. Voyez-vous, j'ai toujours vécut avec des animaux de toutes sortes, en tout genre, et il difficile pour moi aujourd'hui de vivre sans. Petit récapitulatif des principales bestioles de ma vie. Aujourd'hui, faisons les chats.

Bunny, la chatoune dont mes parents ont fait l'acquisition avant ma naissance. Elle avait un an de plus que moi, elle pouvait être très farouche mais dès que l’envie de câlin la prenait, elle devenait adorable. Elle avait le ventre qui pendouillait vachement et à la fin de sa vie, il lui manquait la plupart de ses dents. Quand je lui tapais sur le cucul, elle faisait « Mraaouuu », à la manière du lion au début des films et la nuit, elle dormait sur mes pieds.

Bunny.JPG

Elle était trop cool Bunny mais un jour, alors qu'elle dormait dans la cours, des inconnus y ont fait demi tour en voiture, écrasant au passage la minette endormie. Elle avait 17ans.

Quelques jours après la mort de Bunny, mon père trouva, au fond du jardin, un chaton abandonné. Ce minet d'à peine quelques semaines était seul en compagnie du cadavre de son frère. On l'a tout de suite adopté, je lui ai donné le biberon et lui ai appris la propreté. Cette petite femelle du nom de Nienna a développé une férocité et une ténacité incroyable. Elle passe ses journées dans le jardin de mes parents et sans être sauvage, elle fait très très mal quand elle joue, d'autant qu'elle est méga-musclée.

P1010006.JPG

Les bisous pourquoi pas, mais ça ne dure jamais plus de cinq minutes, sauf avec mon père. Comme il dort sur le dos, elle peut passer toute la nuit couchée sur son (gros) ventre, se laissant bercer par les ronflements du paternel. Elle est plutôt folle cette minette, mais je l'aime bien, quand même...

Chez ma grand mère aussi il y avait plein de chats. Dans ses chambres d’hôtes, j'en ai connu presque une dizaine au cours de ma vie. Mon dieu, je suis en train de réaliser que j'ai complétement oublié le nom de certaind d'entre eux, alors que je passais des heures à les câliner quand j'étais gosse. Ça y est je culpabilise... Je sais qu'il y avait la fille de Bunny, Butterfly, la même mais avec des longs longs poil. Une magnifique minette qui donna naissance à plusieurs portées, dont une de trois chatons. Je me souviens parfaitement du jour où elle a mis bas de ces deux mâles roux et de la petite femelle. Les deux p'tits bonhommes, Frimousse et Frimousset, ma Grand mère les a gardé et ils sont devenus obèses, heureux et câlins comme c'est pas permis.

REGARD DE CHAT.JPG

Il y en avait un autre chez ma grand mère, elle l'avait recueillie après que ses propriétaire l'ai abandonné ( lors du déménagement). Il était tout blanc avec la queue noire, il s'appelait Herminet. C'était pas évident parce qu'il se battait sans cesse avec les rouquins, alors il vivait sur les toits et dans la chambre. Ma grand mère, comme moi, préférait se compliquer la vie avec les minets plutôt que de les abandonner ! La dernière qui ai pris place chez ma grand mère s'appelle Shiba. Encore une petite femelle mignonne comme tout qui est devenu une chatoune obèse et attachante.

Pour finir cette longue chronologie féline, laissez moi vous parler des chats de ma marraine. Parce qu'il faut savoir qu’avant de devenir ma marraine, cette dame que j'adore était ma nourrice. J'suis arrivée chez elles avant mon premier anniversaire et déjà sa maison était remplie de chats. Il y avait d'ailleurs là bas une femelle dont la mère n’était autre que Butterfly. Elle s'appelait Cerise et deux fois par an, on avait une portée. J'ai tellement donné en tant que sage-femme féline, et ce depuis mes 5 ans, que je pourrai aisément me reconvertir. Plein, plein de chats (elle en a conservé au moins une dizaine en tout) mais là encore les noms se perdent. Si mes souvenirs sont exacts, il y eut : une Pacsy, un Guismo (jamais vu un chat aussi pot-de-colle), un... Mince ! Je ne me souviens même plus du nom de ce gros doudou adorable... Je me déçois. Par contre, je me souviens de celui que j'avais fait mien, Cendre-blanche, un blanc - gris magnifique et très câlin. Il dormait sur ma tête quand je passais la nuit là bas ... Il s'est fait toquer par une voiture quand j'avais huit ans, je ne m'en suis jamais remise. Quant à dernière minette de ma nourrice ce n'est autre que la maman de mon doux Midas. Une sacrée Généalogie !

n1017480326_110900_6008.jpg

Voilà pour les chats... vous comprenez maintenant pourquoi il était inadmissible pour moi , quand j'ai emménagé seul, de ne pas être accompagnée d'un miaou. De même, cela explique pourquoi il fallait que j'adopte cette Bastet de 6 semaines, abandonnée dans la foret, et ce même si Midas avait déjà un an !

Le genre de manie contre lesquelles on ne peut rien faire...


Sur les photos, dans l'ordre : Bunny, Nienna, Frimousse et enfin Bébé-Midas et sa maman!











Repost 0
Published by Anonyme - dans Zoologie
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 07:00



C’est une hérésie et je m'insurge haut !

Laissez moi vous raconter ; alors que je regardais tranquillement un DVD avec un ami, on sonna à la porte. Qu'elle ne fut pas ma sidérale surprise quand j'ai découvert mon voisin sur le palier. Ce qu'il voulait? M'apprendre que les chats-fous pénétraient chez lui (malgré les larges barreaux de ses fenêtres) et que c'était gênant. Alors euh, oui, comment dire? Je suis désolée mais je ne sais que faire... et le voilà qui, sans être agressif mais pas sympathique pour autant, me dit qu'il faut trouver une solution. Je veux bien Coco, mais à part séquestrer les minets, j'vois pas... Ce à quoi il répond que ça serait trop cruel de les enfermer les pauv' bêtes, mais que quand même, il faut plus qu'elles pénètrent dans son chez lui....

gnéé?

T'as pas l'impression que ta phrase est antinomique baby?

Donc depuis une semaine, les chats n'ont le droit de sortir que la nuit ( au moins je suis sure que les fenêtres du voisin sont fermées) et ça les rends malades. Moi aussi... Vous n'avez pas idée de la force de ma culpabilité quand je vois Midas qui essaye comme un con d'ouvrir la fenêtre avec ses petites pattes. L'autre jour, alors que la fenêtre était entrouverte mais pas plus, cet imbécile de chat s'est même coincé la patoune dedans, tout seul. Il a fait « maaaaahhhiiiin »....

P5200001.JPG
[Chats déprimés qui compensent par la bouffe]

Maintenant, elles dépriment ces bestioles, elles se font un plan clostro et ça c'est vraiment trop injuste. J'imagine qu'il va falloir instaurer des horaires avec le voisin... heureusement que mes braves bêtes passeront tout le mois de juillet en pèlerinage en Bourgogne profonde, parce que bon.... Là ça miaule fort quoi.

Et ce matin, pour me faire part de son mécontentement, Midas a vomi ses croquettes.











Repost 0
Published by Anonyme - dans Zoologie
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 08:00



Pendant que je vadrouille au Salon du Livre, une petite note sur mes amis les chats. Enfin juste un peu.

IMG_1361.JPG
[Bastet, il y a plus d'un an]

Parce que en fait, je suis frustrée. Oui oui, vous avez bien lu, frustrée je suis. La faute à Mimo. Pour ceux qui ne le savent pas, Mimo est le compagnon félin de Oopsy et sincèrement, ce chat est une star. Il ne se contente pas d'être beau, il est en plus d'une grande photogénie. Admirez plutôt son Flickr. Vous avez déjà vu un chat aussi fashion franchement? (c'est pas facile à dire ça...essayez 10 fois de suite à voie haute pour voir?!)

Mimo, il prend la pose tout bien, il fait son beau devant l'objectif de sa Oopsy, c'est un véritbale modèle, un acteur bien plus doué que ce couillon de Félix dans la pub pour croquettes.

Alors que moi, avec quoi j'échoue? Deux chats certes adorables, mais qui n'ont rien à carrer de leur apparence. Rien a foutre si ils ont une tête de nœuds sur les photos, tant qu'ils ont du mangé et des câlins.. Alors oui, ça me frustre. A peine ai-je sorti l'appareil photo que Bastet tourne la tête, voir même, me montre ses fesses (ce qui est loin d'être photogénique vous en conviendrez...). Quant à Midas, il est de moins en moins disponible pour une photo et à chaque fois, j'ai droit à une vilaine grimace. Alors qu'il y a moins d'un an, il avait encore un certain talent...

P4250011.JPG

Non vraiment, Mimo est un champion de la photo. Et je reconnais que les miens sont des boudins. En revanche, Midas lui, c'est un grand champion de la cascade méga-dangereuse-et-super-impressionnante! Mimo il pourrait, lui, se jeter dans les flammes ou jongler avec des couteaux? Beh Midas, il le peut, même pas peur.

Alors mes chats c'est peut être pas les plus beaux de la blogo, ni les plus doués en matière de poses féliniennes, mais eux, ils font des trucs tellement barges que ça en devient spectaculaire!

 











Repost 0
Published by Anonyme - dans Zoologie
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 08:00



Des nouvelles du chat-épilé, une semaine après. La mutilation involontaire de Mr Midas ne s'aggravant pas, je continue à nettoyer la plaie tous les jours sans pour autant l'emmener chez le véto (j'ai plus de bras à lui donner). Par ailleurs, sachez que la cire qui a eut tendance à s'incruster au doux pelage du matou tend à disparaître, progressivement. Mais pour en arriver là, il a fallut passer par des scènes de combat d'acrobaties du plus haut niveau. Lisez plutôt :

J'ai plongé la papate à Midas dans un évier remplie d'eau (bouillante) (non je déconne) (mais ça aurait été marrant, non?)(non). Il s'est tortillé dans tous les sens, a planté ses griffes dans mon bras et dans le mur, puis il s'est pris pour une loutre éberluée avant de courir loin, très loin de moi. Il me semble qu'il n'a pas du tout kiffé  et que depuis, il me déteste. Mais les choses n'en sont pas restées là, car toute motivée et perfide que je suis, j'ai attendue qu'il se prélasse sur mon lit, et j'ai profitée de son sommeil pour passer de l'huile (bouillante) (bon d'accord j'arrête) sur ce qu'il restait de cire, et j'ai tiré, tiré à lui arracher la patte les poils. Ça l'a brutalement réveillé, il a gémis rugis miaulé de mécontentement avant de partir bouder dans son coin. En suite, il passé toute la soirée à faire du caca , assis devant le fenêtre le regard fixé sur le toit, droit, dos à moi. C'est sur, il me déteste...

P3040015.JPG
Calin poilu (oui, oui, ce sont mes cheveux)

Cela dit, je suis bien contente du fait qu'il ne reste presque plus de cire pourrie sur sa papatte. Juste un p'tit bout que je vais m'empresser de dégommer. Finalement je crois que cet épisode m'aura appris quelque chose ; de un, qu'il ne faut jamais laisser un pot de cire (bouillante) près d'un chat cascadeur. Et de deux,je devrais pourrais me lancer dans la taxidermie.

Une information qui n'a rien avoir avec Midas mais qui vaut son pesant d'or (j'suis en forme) ; Je vais désormais collaborer, de temps à autres, au blog de Vodka Tonic, Futiles (mais pas que), pour lequel j'écrirais quelques petits billets sans prétention. Alors n'hésitez pas à vous y rendre et surtout, gardez l'œil ouvert!!

 











Repost 0
Published by Anonyme - dans Zoologie
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 08:00



Ce weekend fut un déballage éclatant de grand n'importe quoi. Pire même. Ouai.

7727_1221373287284_1017480326_712794_3633080_n.jpg

Tout à commencé samedi, alors que je voulais dédier ma matinée à mes études, me voilà réveillée à...11H30. Tant pis pour les études, direction le Monop' histoire de faire le plein en prévision de la soirée entre potes.

À 14H et des patates chaudes, direction Hôtel de Ville où je retrouve ma Ludilu d'amour que j'aime et que ne j'avais pas vu depuis plus d'un mois ; la demoiselle vit dans les verts pâturages bourguignons et passe son samedi à Paris. Et bon Dieu, qu'est ce que c'est bon de se retrouver!!

[Par ailleurs, cette jeune Ludi pleine de ressources vient de mettre ne ligne ses photos sur son tout nouveau bloblog, et je vous prie d'aller y jeter un œil (sans oublier de récupérer après) parce que la miss a vraiment du talent.]

Donc bon, petite balade dans le Marais, café @ my home avant que je ne l'emmène chez MERCI. Oh que c'est chouette ces babioles et oh que c'est jolie mais Aïe, que c'est cher! J'avais oublié... Tout ça c'est bien beau, mais il fallait qu'on pense à se rentrer la nouille, enfin surtout moi parce que son train à elle, il était bien plus tard. On sort en vitesse de chez Merci et là, Boulevard Beaumarchais, comme je me la pétais grave avec ma silhouette de mannequin, j'ai pas vue la plaque d'égout... et PAF! L'est tombée la Lilith... étendue de tout son long sur le trottoir après avoir marqué la pause, en équilibre sur une jambe, pendant deux minis secondes, en poussant un cri bovin du genre "heaaaainnn". Fou rire de cinq bonnes minutes entre Ludi debout et moi... par terre. Mon incapacité à tenir sur mes pattes a récidivé, plus tard dans la journée.

Bref, je me rentre et me lance dans la préparation impromptue du dessert de la soirée à viendre ; les mousses méga aériennes de Requia. Même si mon mixeur à eut la brillante idée de me lâcher à l'instant où j'en avais besoin (forcément, c'eut été été trop beau)(?), j'étais assez fière du résultat.

Le soir donc. Quelques amis triés sur le volet, de quoi boire et manger en toute quiétude et de bonnes rigolades. Notamment lorsque, emportée dans un récit quelconque, un verre à la main, je me suis laissée déborder par mes émotions jusqu'à en oublier que mon verre était plein. C'est alors que, tout en tergiversant sur le sujet, je me suis un peu trop agitée, j'ai levé la main et renversé mon verre sur ma tête. Résultat : j'ai bousillé mon brushing sous une douchette au vin blanc. (Je crois que ça va pas dans ma tête.)

Quelques heures et verres après ce forfait, tout en papotant avec Tina, je m'effondre de tout mon long sur la table basse, telle une limace agonisante, sur les verres (pleins), les bouteilles (à moitié pleines)(ou vides c'est selon) et ce qu'il restait de boustifaille. Un vautrage d'alcoolique dans les règles de l'art! (non mais Lilith, tu t'es vue quand t'as bu?!).

SECURITE-ROUTIERE-ATTENTION-CHUTES-DE-VACHES.jpg

Ah oui, et Tina m'a embrassé sur la bouche tellement elle a trouvé mes mousses citronnées gouleyantes. ( si l'effet se certifie, j'en prévoirais pour mon prochain rencard).

Dimanche, la journée devait se composer d'un rien sidéral. Une seule sortie de prévue dans la journée, destinée à acheté du pain. J'ai décidé de regarder la saison 4 de Dexter et de m'épiler, quitte à déplaire à Jean-Patrick. Malheureusement une fois encore, les choses ont mal tourné, pas à propos de J.P qui est au mieux de sa forme, mais avec Midas.

Attention, le chat cascadeur récidive!! Et sincèrement, je commence à m'inquiéter de l'état cérébral de ce chat (qui a du inhaler trop de pot d'échappement) (à moins qu'il ne m'ait voler mon lexo) (ça expliquerait tout)

Bref, j'avais sortie mon pot de cire Veet, qui tout chaud et liquide, reposait sur la table. Et là, je sais pas ce qui a pu passer par le tête de ce chat, mais le fait est qu'il s'est littéralement assis comme une masse sur le pot de cire.... quand je l'ai remarqué , me suis jetée sur Midas qui, pris de panique, a renversé la cire tout partout sur mon plaid et sur le par terre. Et cela va sans dire, sur lui même... Alors je sais pas si vous avez déjà essayé d'épiler un chat à la cire, mais j'en suis venue à la conclusion que c'est impossible.

PC220004.JPG
Non mais il s'en remettra, hein...!

Munie de mes ciseaux, j'attaque le poil collé du félin éberlué. Félin qui, dans sa connerie, remue dans tous les sens, à tel point que mes ciseaux ont dérapé... Résultat, j'ai mutilé la patte arrière droite de Midas, patte qui est toujours imprégnée d'une quantité phénoménale de cire. Le rasage à la tondeuse est inenvisageable, la peau était trop mince à ce niveau de la patte, et la cire englobant même un coussinet... je suis perdu... Et je sais vraiment pas quoi faire de lui.

Ce lundi matin, quand on m'a demandé ce que j'avais fait de mon weekend, j'ai répondu le plus simplement du monde : j'ai perdu l'usage de mes jambes et j'ai dépecé mon chat.











Repost 0
Published by Anonyme - dans Zoologie
commenter cet article
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 08:00



Pas félinien comme Fellini, mais comme félin crétin. (oui, encore un billet à chats)

Non parce que des fois, il m'exaspèrent ces minets-là. Ils sont là, l'un étalé allongé sur le canapé, l'autre par terre. Tout à coup, leurs regards se croisent et pendant 2 minutes 27, ils se toisent sans bouger. Et sitôt que l'un fait un geste quelconque, l'autre se jette sur lui violemment, sans autre forme de procès.

Et là c'est partie. Et que je te morde l'oreille, et que je te file des baffes toutes griffes dehors, et que je m'assoie sur ta face. Tout ça sur la douce mélodie de leurs miaulements de guerre (maaaouuuaaaa) ainsi que sous mes yeux désabusés. Au bout d'un certain moment, l'un d'entre eux se dégage de l'étreinte de son partenaire et se met à courir entre mon lit et la salle de bain (4 mini-mètres), poursuivie par le second. À cet instant là du duel, je commence généralement à avoir peur, sachant que je vais avoir droit (au bas mots) à une demi douzaine de courses poursuites dans mon studio. Et si par hasard j'ai le malheur de me trouver sur leur chemin, ils vont littéralement s'écraser sur moi. Et si l'idée leur vient de me tourner autour, se sera pour mieux me sauter par dessus le visage. Entre temps, ils auront réitéré leur combat freestyle.

 

P2140011.JPG
Fight Club Home-made

Ce genre de scène, j'y ai droit (presque) tous les jours. Et tous les jours c'est la même chose.

Après s'être bien agité la moustache, ils prennent tous les deux place autour de moi, ou même sur moi, ronronnant de plus belle avant de s'endormir profondément. Le hic, c'est que quand tu as un minet de 6 bons kilos sur le bide, et que ladite bestiole dort à poings fermés, tu es condamner à rester sur place, en attendant qu'elle daigne se lever pour te laisser filer. Généralement, dans un tel cas, tu peux oublier ta vessie. Et ton estomac.

 

P2020001.JPG

 

moralité : Le chat fait la loi. Surtout si il est deux.

 

 











Repost 0
Published by Anonyme - dans Zoologie
commenter cet article
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 08:00



Les monstres sont au régime... Oui, parce que 6 kilos le chat ça fait lourd quand même... Non? Depuis plusieurs mois je me le répète, mais à vrai dire, je ne résiste jamais à leur rajouter une mini dose de croquette supplémentaire... En revanche, maintenant c'est bel et bien finie les gamineries!! Ce sera désormais diète pour les chats (et pour moi!).

 

chat-regime-86360a0c.gif
Le problème avec des chats qui veulent plus de miam, c'est qu'ils sont d'une chiantise alarmante... Exemples? Le chat ne quitte plus tes pieds où que tu ailles et je vous dis pas à quel point c'est casse-gueule... Plus expéditif, y'a le chats qui monte carrément dans le placard situé à plus de 3 mètre du sol pour tout foutre en l'air ce qu'il y a dedans! Cette nuit, Midas a attaqué le sucre et le Lindt dégustation au lait. Sacrilège...

Sinon, un chat qu'a faim bizarrement, ça court partout, dans tous les sens, ça se prend des tables en pleine figure (bien fait) et ça monte au mur. Pratique dans 25m²...

Ah,! Et ça miaule aussi... Fort, très fort... et ça, c'est particulièrement désagréable surtout quand, au milieu de la nuit, Midas s'en va miauler sur les toits... Mes voisins sont ravis!

Les chats quand ils sont pas d'accord, ils sont clairs ; et que je te déchire le journal, et que je te mange les écouteurs de l'Ipod et que je fasse tomber les verres! Tout ça pour bien me rappeler qu'ils sont là, et qu'ils veulent leur bouffe! Oui mais non, le véto m'a donné des instructions et malgré toutes les misères que les monstres me font subir, je dois tenir le coup.

L'autre  matin j'ai eut peur quand je me suis réveillée, y'avait ça face à mes yeux....

Photo0013.jpg

En fait il avait la dalle (je crois qu'il était sur le point de me dévorer...)











Repost 0
Published by Anonyme - dans Zoologie
commenter cet article
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 07:00



 

Non mais non quoi...!

 

P9300008.JPG

inspection du nouvel habitat

Moi qui pensait que mes choubidoux à poils ras se feraient facilement à leur nouveau domicile, me voilà fort dépourvue. Car voyez vous, Midas passe ses journées sous le canapé et ses nuits sur mon ventre. Ce qui n'est pas évident pour moi puisqu'il a la taille et le poids d'un poney. D'ailleurs, mercredi le véto lui a dit de se mettre au régime. Maître Midas l'a regardé d'un air outré avant de lui cracher au visage ("un régime? Quelle idée??"). Bref, il ne sort de sous le canapé que pour venir m'encombrer dans mon lit king-size et ça fait 4 jours qu'il a pas fait caca. Je m'inquiète.Non, parce que je viens d'installer une nouvelle litière, avec une toit pour cacher les odeurs et le spectacle des déjections féline. Bastet a tout de suite compris à quoi ça servait, mais je crois que le Midas à un peu plus de mal. Alors il sert son sphincter et risque l'occlusion intestinale.

En parlant de Bastet, hier soir elle a fait quelques pas (ses premiers) sur le toit. À 2h du mat', une lumière s'est allumée et je l'ai entendue détaler comme une folle sur ce fameux toit (en taule). Ça a a fait un bruit monstre, elle s'est fait peur toute seule et s'est réfugiée sous le lit. En lieu sur. J'ai crue que le monde s'écroulait tellement elle a foutu un gros boucan!

 

Aujourd'hui, j''ai profité d'une de mes dernière journée de liberté avant la reprise des cours pour aller au centre Pompidou, où j'ai vue l'expo sur la Subversion des Images par les surréalistes. Et j'ai pu constater que j'admirais toujours autant Man Ray et Brassaï et Boiffard et l'ami Dali. Et tant d'autre.

 

28692.jpg

 

Ce soir j'ai voulue sortir. Mais quand on est nouvelle et seule dans la capitale, ça devient vite intimidant. Ranafout'! parce qu'aujourd'hui, un vieil ami m'a offert une belle jupe et un chemisier ultra-sexy! Et pis demain, c'est la Nuit Blanche!!

Affiche-Nuit-Blanche-2009.jpg

Du coup, ce soir je bois du Coca avec mes chats.











Repost 0
Published by Anonyme - dans Zoologie
commenter cet article

Retrouvez-moi partout

Suivez-moi sur Hellocoton

Instagram

2011-11-21-16-02-301 

Rechercher