Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 12:28

 

Le 25 Aout dernier sortait dans les salles un film à l'affiche (française) peu inspirante (selon moi). En l'associant à son tire, Ondine, le spectateur cinéphile ou occasionnel, est susceptible de penser à une histoire de monstre aquatique. D'autant que le réalisateur, Neil Jordan, est celui à qui l'on doit l’adaptation d'Entretien avec un Vampire, ce que les distributeurs n'ont pas manqué de préciser lors de la promotion.

Pourtant, Ondine est loin d'être un film d'épouvante et si il joue avec les codes du surnaturel, il reste en surface.

Ondine-Colin-Farrell-Poster-01.jpg

[l'affiche américaine est quand même plus attrayante!]

 

Dans une ville portuaire irlandaise, Syracuse, simple pêcheur et ancien alcoolique, remonte dans ses filets une jeune femme désorientée. As-t-on besoin de préciser qu'elle est belle et intrigante? Sous le charme, Syracuse décide de la loger dans la maison de sa défunte mère, pendant que lui s’occupe de Annie, sa fille malade d'une insuffisance rénale. Bien que Syracuse préfère garder secrète sa pêche miraculeuse, Annie va la découvrir et se prendre de passion pour cette mystérieuse jeune femme, persuadée qu'il s’agit en réalité d'une Selkie. En son plongeant dans les livres dont elle aime s'entourer pour fuir une trop triste réalité, Annie va tout apprendre sur ces étranges créatures aquatiques capables de devenir humaine et d’aimer un « landman » pendant sept ans. Les circonstances sont telles que même Syracuse commence à y croire et Ondine ne semble pas vouloir le nier.

19480793-r 760 x-f jpg-q x-20100721 032848

Neil Jordan retrouve la camera et aborde une fois encore un sujet qui lui tient à cœur : la place du merveilleux et des légendes dans le monde actuel. Mais soyons francs, Ondine n'est pas un chef d’œuvre, quelques longueurs auraient sans doute plus être évitées ainsi que la bonne morale sous-jacente. Et le tout manque un peu d'action. En revanche, le scénario est bien ficelé et le spectateur a lui aussi très envie de croire en cette petite sirène. Il se prend facilement à espérer, à l'instar d'Annie, que Ondine préférera la terre à la mer, bien que celle ci semble plus confortable que le monde sordide et terne des humains.

Colin Farrel incarne toujours aussi bien les Irlandais mélancoliques au fort accent insulaire, la petite qui interprète Annie a un regard merveilleux et la jeune Alicja Bachleda-Curus est tout bonnement magnifique dans le rôle de la sirène éplorée. Le prêtre du village est interprété par un Stephen Rea toujours magistral, et les scènes dans lesquelles il se confronte à Farrel sont d’extraordinaires échanges entre deux acteurs confirmés, entre deux personnages qui se respectent sans se comprendre.

Ondine-Colin-Farrell-and-Priest.jpg

Mais une question me turlupine cependant, pourquoi avoir donné ce nom de Syracuse au personnage masculin? On sait de lui que ça mère était une « bohémienne » (selon ses mots) et suite à ses propres déboires avec l’alcool, tout le village l'appel « circus » (= cirque en anglais), en référence au clown. Devenu un clown triste, il reprend désormais tout ceux qui utilise ce surnom, y compris notre prêtre que Syracuse considère comme son cercle des Alcoolique Anonymes. Il se cache forcément un message derrière ce nom de Syracuse qui renvoie à la Grèce antique et à ses marins effrayés par les sirènes. Plus encore, la confrontation entre le prince (charmant) antique et le clown triste et pitoyable qu'est ce pêcheur alcoolique n'est sans doute pas un hasard...

19480789.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100721_032829.jpg

Si le film aurait peut être put être allégé de quelques lourdeurs, il a l'avantage de remettre l'imagination au centre de la vie. Car plus celle ci est difficile, plus elle a besoin d'être embellie à coup de rêves et de merveilles. Les enfants ne sont pas les seuls à a voir besoin de contes de fée, et il semble nécessaire d'y croire, quelque soit notre âge.

Les légende ne seraient donc pas mortes avec le XX° siècle?

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilith - dans Grand Ecran
commenter cet article

commentaires

loupiot 11/09/2010 14:04



Bonjour Lilith


Rentrée de vacances et maintenant rentrée universitaire mais s'il me fallait choisir je retournerais en Italie tout de suite. Pour votre bobo, vous verrez qu'avec de la Biafine, trouvée en
pharmacie, votre jambe va retrouver toute sa beauté. Vous souhaite bon week end aussi.



Lilith 11/09/2010 16:35



Merci!


Le médecin m'a donné tout ce qu'il fallait pour mon bobo: :)



Retrouvez-moi partout

Suivez-moi sur Hellocoton

Instagram

2011-11-21-16-02-301 

Rechercher