Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 08:20

Aujourd'hui on va parler Bétancourt. Non pas de celle qui a le porte-monnaie en folie, mais de l’autre, celle qui a erré un bout de temps dans la jungle.

ingrid-betancourt.jpg

Ingrid oui.


Soyons clairs, je ne suis pas la pour remuer la cuillère dans la po(t)lémique (mwaha, que je suis drôle), mais plutôt pour analyser où de moins souligner les étranges chamboulements de cette histoire. D'autant que je ne suis pas assez experte en matière de Colombienne FARC et de preneurs d'otage pour approfondir le sujet.

 

Reprenons donc les choses telles que je les ai connues. En 2002, Ingrid se fait rapter par les F.A.R.C, des gens pas contents et pas très gentils, en Amérique du Sud. Elle, elle est un peu connue pour avoir été sénatrice et du coup (?) on en fait LA victime à sauver absolument. De fil en aiguille, l'image de Bétancourt prend une force sentimentale extrême, sans même que la madame n'en soit consciente. Elle passe six ans dans sa geôle, six ans au cours desquelles se crée en France un véritable réseau de soutien pour la libération d'Ingrid. Elle est devenue un symbole et quand enfin, elle est délivrée, la France entière, soulagée, l'acclame comme le Christ ressuscité. L’héroïne est rentrée de Colombie (sans mauvais jeu de mot hein), saine et sauve (ou presque) ; La France est vraiment le pays de la liberté...

2ingrid_betancourt_0702.jpg

 

Quelques mois après ce retour triomphale, v'là t'y pas qu'une foule de critiques s'abattent sur Ingrid, à tord ou à raison, ça j'en sais rien. Ce qu'il faut souligner, c'est que ce qui déclenche cette débandade est la publication d'un livre-témoignage, écrit par trois co-otages de Bétancourt qui l'accusent d'être égoïste, manipulatrice et pas très classe. Puis c'est autour de Clara Rojas d'élever la voix (et le stylo) contre celle qu'elle traite, en d'autres mots, d'otage perfide. Et là, d'un coup de moulinette à vent, on a vu l'opinion public se retourner contre celle en qui il voyait précédemment le symbole de la liberté.


WTF?! La presse, les médias, les gens, les enfants, les poneys et même les nourrissons se sont mis à la détester!

En même temps, Ingrid n'y est pas allée avec le dos la cuillère...


Mais ce n'est pas fin, car depuis peu, PAF! nouveau retournement de situation (ça n'en fini pas j'adore), Ingrid sort un livre témoignage et en profite pour redevenir la petite chouchoute (et non pas choucroute)(oui j'arrête) des médias : "Quel témoignage émouvant, Ingrid", "Vous êtes vraiment une femme courageuse Ingrid" "C'est éprouvant mais tellement bien écrit Ingrid". On s'attendrait presque à voir les journalistes et autres interviewers la prendre dans leurs bras pour lui faire un big hug. Et tout le monde s’émeut de la voir réapparaitre à la télé, si mignonne et si frêle. Et bien élevée en plus!

ingrid_120710.jpg

 

Je n’ai pas lu son livre et je ne le lirai surement pas, comme je n'ai pas lu les autres témoignages de l'affaire. D'un côté, j'ai un peu envie de dire "qu'ils s'étripent tout seuls ces ex-co-otages!", mais je dois avouer que l'opinion publique (du commun des mortels donc), pousser par la presse, ne peut s'empêcher d'avoir son avis. Un avis qui me passionne autant que l'affaire Ingrid passionne les foules...


A l'époque où la Miss était otage, j'étais certes, atterrée par ce qui lui arrivait, mais sans plus. Je concevais que ce devait être horrible pour elle, pour ses proches, mais pour moi qui ne la connaissais pas, je m'en tamponnais un peu l'oreille avec une babouche. Quand les choses ont pris de l'ampleur, qu'on a vu des manifs et des concerts apparaitre en l’honneur d'Ingrid, je me suis vraiment demandé si la France n'était pas u peu pétée (à la colombienne donc). Oui, je l'affirme sans honte, à l'époque j'ai trouvé tout ce cirque pitoyable, larmoyant et indigeste. De même, à sa libération, j'étais contente pour elle mais sans plus. Je me disais qu'on allait enfin nous lâcher les talons avec cette histoire.

Que nenni ma Lilith!


Quant aux témoignages dévalorisants, ça m'a titillé l'esprit mais je regardais ça avec méfiance. Non pas parce que je n'y croyais pas, j'étais pas là pour vérifier, mais parce que l'attitude des gens (en général) m'a profondément perturbé. Tout comme l'ampleur de l'affaire. Ce n'est pas normal de changer d'avis aussi rapidement sur une personne qu'on encensait quelques mois plus tôt, si?

coeur-brise.jpg

Bien sur, il est tout à fait légitime de porter foi en toutes ces paroles accusatrices sur Ingrid, mais qu'est ce qu'on en sait? Pendant quelques temps, tout le monde s'est mis à conspuer la Bétancourt : « bouuh, la vilaine otage qui ne rend même pas fier son pays! », «  et même pas elle va partager son pain rassi avec ses petits camarades de cellule! » (je schématise).

Et pis la revoilà, comme une fleur sauvage, présentant son livre avec ses yeux larmoyants qui attendrissent les plus accusateurs d'entres nous. Évidemment, ses arguments sont éloquents et on aurait du mal aujourd’hui à lui balancer un "ta gueule vilaine!".

Et puis finalement, à la base, elle n'a rien demander de tout ça.


Tout ça parce que je tenais vraiment à dire que ça me dépasse un peu cette relation d'amour-haine entre Ingrid Bétancourt et la France. Toutes ces réactions me rendent vraiment perplexe, comme cet engouement suivie d'un rejet pour une personne dont on ne connaissait pas l'existence avant d'être informé de ses malheurs. Pour une personne qui a connu des évènements dont nous n'avons aucune idée.


Après tout, qui sommes nous pour la juger?

Même si ce que tout ces ennemis ont clamé contre elle est véridique, comment aurions nous réagis nous, en tant qu'otage?

doisneau-La-dent-Paris1956-2.jpeg

[Robert Doisneau, La dent, 1956]


Aurions nous échanger nos pokemons avec les autres? Ou au contraire, aurions nous tout fait pour survivre, pour garder un peu de dignité quoi qu'il arrive, même si cela doit se faire aux dépends des autres innocents?


Prenons du recul mes amis, prenons du recul (mais gaffe au mur derrière quand même).

(d'accord, je sors)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

francoise 06/10/2010 10:34



Tout à fait d'accord avec toi



Lilith 07/10/2010 13:28



Tant mieux :)



annick 06/10/2010 10:23



ah ben ça n'arrive pas souvent mais je suis d'accord avec chaque mot de ton billet, même avec les jeux de mots :-)



Lilith 07/10/2010 13:28



Tu m'en vois ravie



Retrouvez-moi partout

Suivez-moi sur Hellocoton

Instagram

2011-11-21-16-02-301 

Rechercher