Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 09:41

[Encore un billet qui dormait depuis polusieurs semaines dans les méandres de mes brouillons]

 

The Jewish Connection, le dernier film de Kevin Asch, est une réflexion pour le moins intéressante. Nous sommes en 1998 à Brooklyn, au cœur de la diaspora juive orthodoxe de New York. Sam est un jeune homme de 20 ans très apprécié au sein de cette communauté, dont son père veut qu’il devienne le rabbin. Mais Sam lui, préfère la vente à la boutique familiale de tissus et commence à s’intéresser à cette jeune fille, pour laquelle sa riche famille cherche un parti. La famille de Sam elle, ne roule pas sur l’or, aussi est-il tout disposé à accepter la proposition de son voisin, pas si orthodoxe que sa, qui lui promet de l’argent facile.

jewish-connection-7-10379623jlyrt_1798.jpg

Croyant au début qu’il ne fait que transporter des médicaments, Sam va vite comprendre qu’il s’agit d’un tout autre genre de pilules ; Ecstasy. Introduit au sein de cet univers branché et débridé, Sam jouera le rôle de passeur entre Amsterdam et New York (via Bruxelles et Montréal). L’argent entre mais confronte le jeune homme à des problèmes bien plus profonds : comment rester « dans la lumière » de Dieu ? Que dire à sa famille ? Et surtout quelle réaction adopter face à toutes les tentations que lui offre le monde ?

holy-rollers---ari-graynor-danny-a-abeckaser-jesse-eisenber.jpg

 Tiré de faits réels, The Jewish Connection s’empare de ces problématiques essentielles non sans ironie, mais avec le recul nécessaire. La place de la religion et de ses traditions dans la société qui est le nôtre reste sujet à toutes les interrogations. Surtout pour la jeunesse. Comment gérer, quand on a 20 ans, les exigences d’un culte (quelque soit la confession) face à la banalisation du sexe, de l’alcool, des drogues et j’en passe. Cruel dilemme auquel sont confronté nombre d’ado, dont les parents sont loin de comprendre le malaise.

0521-holy-rollers-movie-review_full_600.jpg

Les scènes de confrontation de Sam et de son père, entre admiration et inquiétudes, sont révélatrices de tout cela. Surtout quand, au cours d’un face-à-face tendu, l’interprétation des acteurs est d’une si touchante profondeur.

Coup de chapeau pour Jesse Eisenberg, découvert dansThe Social Network, qui a rapidement réussi à se défaire du jeans de Zuckerberg et prouver qu’il est un acteur aux multiples visages et au talent indéniable.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilith - dans Grand Ecran
commenter cet article

commentaires

Retrouvez-moi partout

Suivez-moi sur Hellocoton

Instagram

2011-11-21-16-02-301 

Rechercher