Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 10:49

 

Après un weekend un peu mou, entre migraines et siestes au chaud, j'ai comme une envie de vous parler de mes coups de cœur du moment.

Le premier, je l'avais déjà évoquer sur Access, il s'agit de Jean-Michel Basquiat. Car après avoir vu le film documentaire sur l'artiste, je me suis enfin rendue à l'exposition que lui consacre le Musée d'art Moderne de Paris.

On en parle bien mieux que moi par ici, mais je tiens quand même à dire à quel point ces œuvres, bien que grandement énigmatiques, sont puissantes. Certes, nous n'avons pas accès à toutes les clés qui nous permettraient de sonder une toile de Basquiat, mais cela ne nous empêche en rien d'être profondément touchés par celles-ci. Chacun accolera à ses tableaux une signification toute personnelle, sans pour autant en diminuer la charge émotionnelle.

Untitled--1984---Jean-Michel-Basquiat.gif

[Jean Michel Basquiat, Untitled, 1984]

Pour moi, par exemple (et brièvement), j'y vois souvent l'âme d'un gosse plein de rêves qui a grandi trop vite et qui, trop vite aussi, a été confronté à une vie dévorante, à un passé d'épouvante et à un avenir trop flou.

 

Autre coup de cœur, autre époque, je me dois de vous toucher deux mots de Joris Karl Huysmans, grand auteur trop peu connu du 19e siècle. Romancier, journaliste et critique d'art, on peut dire que Huysmans était un personnage singulier. Bien qu'épris des Salomé de Gurtave Moreau et des rêveries d'Odilon Redon, il a tout de même fini par entrer dans les ordres.

Gustave_Moreau_Salome_1876.jpg

[Gustave Moreau, Salomé, 1876]

Parmi toutes ces publications, j'ai particulièrement aimé La bas, un roman de 1891 qui ne traite ni plus ni moins que de satanisme, de théologie et de passions sensuelles. Non seulement l'écriture de Huysmans est géniale, mais avec ce roman il nous permet d'explorer cette fin de siècle décadente et superstitieuse.

Mais voyez plutôt la manière avec laquelle il parle du sentiment amoureux :

"Non, il n'y a pas à dire, la petite fleur bleue, le chiendent de l'âme, c'est difficile à extirper et ce que ça pousse! Rien ne parait pendant vingt ans et soudain, on ne sait, ni pourquoi, ni comment, ça drageonne et ça jaillit en d'inextricables touffes!"

Huysmans-descaves1-Recadre.jpg

[J.K Huysmans]

Par ailleurs, notre Joris-Karl fit preuve de grande clairvoyance en écrivant ce qui suit.

"J’admire, s'écria Durtal, la placidité de cette utopie qui s'imagine que l'homme est perfectible! _ mais non, à la fin, la créature humain est née égoïste, abusive, vile. Regardez donc autour de vous et voyez! Une lutte incessante, une société cynique et féroce, les pauvres, les humbles, hués, pilés par le bourgeois enrichis, par les viandards: partout le triomphe des scélérat ou des médiocre, partout l'apothéose des gredins de la politique et des banques! Et vous croyez qu'on remontera en courant pareil? Non jamais;, l"homme n'a changé; son âme purulait au temps de la Génèse, elle n'est, à l'heure actuelle, ni moins tuméfiée, ni moins fétide. La forme seule de ses péchés varie ; le progrès, c'est l’hypocrisie qui raffine les vices!" 

Un sacré visionnaire, n'est ce pas?


PS: Sinon j'ai vu un film bizarre dans lequel Patrick Bateman s'est réincarné en pneu (si, si). Même que Jojo et moi, on en parle (j'ai commis la première partie).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Retrouvez-moi partout

Suivez-moi sur Hellocoton

Instagram

2011-11-21-16-02-301 

Rechercher