Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 09:44

[Billet écrit y'a un bon moment et qui dormait profondément entre deux dossiers]

Black Swan, le nouveau film de Darren Aronofsky, est un troublant cocktail d'art, d'émotion et d'horreur.

Nina, jeune danseuse prometteuse mais mais fragile et névrosée, se voit proposer le premier rôle du prochain ballet de sa compagnie, Le lac des cygnes. Or, Thomas Leroy, le metteur en scène visionnaire et manipulateur, entend faire interpréter le cygne blanc et le cygne noir par la même danseuse. Si la pureté de Nina sied parfaitement au cygne blanc, il lui faudra aller chercher au plus profond d'elle même la noirceur du cygne noir. Commence alors pour elle une lente descente aux enfers, poussée par Thomas qui semble prendre plaisir à sacrifier sa pureté. Obsédée par la performance, torturée par son désir et sa peur de Thomas, fragilisée par les autres danseuses de la compagnie, Nina va s'enfoncer dans les pires méandres de l'esprit humain.

black_swan_movie_image_natalie_portman_02.jpg

Entre enchantement et effroi, ce film nous balance d'un extrême à l'autre, joue avec nos nerfs et notre imagination. Dans le rôle de Nina, Natalie Portman est splendide et se révèle telle une Étoile sortant de l'ombre. Vincent Cassel, l'interprète de Thomas, donne froid dans le dos et parvient à faire monter la pression tout au long du film. Quant à Mila Kunis, que l'on a découvert dans That's 70's show il y a quelques années, c'est un véritable plaisir de la retrouver à l'écran, si pleine d'une rare intensité.

Black-Swan--11-.jpg

Réflexion sur le passage à l'âge adulte ( donc la découverte de la sexualité) et sur l'émancipation féminine, Black Swan ne cesse de surprendre le spectateur qui ne sait plus si il regarde un conte de fée ou un thriller. Au rythme des mélodies de Tchaïkovski arrangées avec celles du talentueux Clint Mansell , chaque scène est chorégraphiée avec précision et, comme dans un ballet, les acteurs y évoluent avec une grâce insoupçonnée.

La caméra joue avec les acteurs, elle danse avec eux et capture avec brio le corps de Nathalie Portman. Le film prend les spectateurs à bras le corps et l'entraine dans les salles de répétition, dans les coulisses et ces les loges qui sentent le talc, la sueur, le trac et l'excitation. Mais très vite, le sang recouvrira tout cela....

19495242.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100818_105212.jpg

Quand le sublime de l'art rencontre l'angoisse humaine, les étincelles sont merveilleuses.

Pour compléter, allez lire la réflexion de ma copine Anja rapport à ce film, sur Access!

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilith - dans Grand Ecran
commenter cet article

commentaires

Jack Le Pirate 16/03/2011 10:34



Une petite visite et j'ai trouvé ce bel article sur un film qui mérite d'être vu j'ai l'impression ^^


De mon bateau, Jack Le Pirate.



Lilith 17/03/2011 09:04



Merci!



Elodid Eol 14/03/2011 20:21



"Pinaise", mais on en a même pas parlé de ce petit bijou (si, encore une mémoire de poisson rouge, non, on en a pas parlé tout de même???). Bref, je suis allée voir comme une grande ce film,
seule dans mon ciné et j'ai grave kiffé. J'adhère pour les acteurs et cette noirceur délectable. Après, je n'en ferais pas le film de l'année mais soit, je prends et j'en redemande!



Lilith 17/03/2011 09:08



Oh que oui!



Vanessa 14/03/2011 15:05



Je suis bien d'accord. J'ai été totalement black swannée pendant des jours aprés la projection, et l'oscar de Portman est on ne peut plus mérité.


Ce mélange subtil de noirceur spirituelle et de légèreté corporelle est qui plus est fort bien mise en scène, et les personnages sont tous bien campés ( le rôle de la mère est horriiiiiible )


Et puis, aaaaaah, cette scène de frottis - frottage de Natalie dans ses draps... Ca reveille une bisexualité latente !



Lilith 17/03/2011 09:08



héhé! Ils sont forts à Hollywood!



Retrouvez-moi partout

Suivez-moi sur Hellocoton

Instagram

2011-11-21-16-02-301 

Rechercher