Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 08:00



En ce premier dimanche de printemps, Lilith a fait une virée au grand palais. Nan, pas (encore) pour Turner ou YSL, mais pour tout autre chose ; la foire ArtParis+guests qui, pour les citer "ouvre les limites des salons d'art traditionnels et crée un nouveau format de foire d'art moderne et contemporain centré non plus sur une succession de stands mais sur des projets artistiques exclusifs." En gros, de 18 au 22 Mars, la nef du grand Palais était remplie à craquer de stands tenus par des galeries, des marchands, des collections d'art contemporain, de la peinture à la photographie, en passant par les croquis d'archi, l'art décor, les performances et les courts métrages. Plus de 40 stands dont 28 galeries se sont donc rassembler pendant ces quatre jours pour proposer au public parisien, amateur ou néophyte, acheteurs ou simples curieux, un panel de l'art actuel venu de 17 pays.

Sincèrement, si je n'avais pas eut un pass (VIP, s'il vous plait), je n'aurais pas dépenser 10,50 euros (en tarif réduit. 20 euros en tarif normal. Ça fait mal) pour y aller, mais comme j'ai des amis généreux, alors pourquoi m'en priver?

A vrai dire je ne savais pas trop à quoi m'attendre, à part les quelques infos pêchées sur la toile, mais d'emblée, j'ai été impressionnée par l'envergure de la foire, me demandant par quel bout j'allais attaquer... parce que ça fait quand même beaucoup de choses à voir!!

Du coup j'ai divagué à l'aveuglette, un carnet à la main pour noter le nom des artistes les plus frappants, ceux qui me parlaient d'avantage ; car il ne faut pas se mentir, on ne peux pas tout aimer. Aussi, autant certaines œuvres ne m'ont pas du touché, ni plu, ni rien, autant d'autres m'ont vraiment ému, émerveillée, amusé. Comme cette installation, Dog Hotel de Oleg Kulik, un tunnel d'où proviennent des aboiements et des grognements. On entre dans cet étroit passage et on se retrouve entouré d'écrans, eux même placés dans des cages rouillées, et sur ces écrans, un visage d'homme qui se comporte comme un chien. Chaque écran présente un comportement canin différent : agressivité, câlin, aboiement, joueur (avec un tissu dans la bouche du monsieur qui le mâchouille), en train de boire dans une gamelle, etc. L'artiste dit vouloir faire passer un message sur le zoo-centrisme et les problème de communication humaine. Intéressant.

D'ailleurs, la thématique canine revient beaucoup chez les artistes contemporains ; statues, vidéos, peintures, performance... j'ai particulièrement apprécié le Oh my Dog! de Lydie Jean-dit-Pannel, drôle, subversif et loufoque, on en parle ici.

t7.jpg
[Skull par Dimitri Stakilov]

Ou encore les trompes l'œil de Mary Sue sur une société qui nous enferme ( à chacun d'y voir ce qu'il veut) et les vanités en fruits et légumes de Dimitri Tsykalov (Il fait aussi des armes en viandes crues). D'autres artistes m'ont laissé plus perplexe, entre le malaise, l'incompréhension et la fascination, notamment Michaela Spiegel ou Vee Speers. D'autres encore, m'ont éblouie parmi eux, Jamie Baldridge et Won Su Yeol...

Le soucie dans ce genre d'évênement, c'est que c'est trop. Trop grand, trop plein, trop interessant, trop diversifié, trop trop. Et finalement, on a du mal à tout apprécier à sa juste valeur tellement c'est trop.

dscf1010.1240949619.JPG
[Won Sue Yeol]

Donc après avoir parcoure la nef en long, en large et en travers, j'ai profité de mes privilèges VIP pour me faire ramener chez moi par le service de voiturier (la classe!) avec au moins une certitude :

l'art n'est pas mort.











Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eric 23/03/2010 00:03

Cool le service VIP !
Sinon, dommage pour les non parisiens qui ne peuvent pas assister à tout :-(

Retrouvez-moi partout

Suivez-moi sur Hellocoton

Instagram

2011-11-21-16-02-301 

Rechercher