Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 07:00



Normalement aujourd'hui, je devais vous parler des autres bestioles que j'ai aimé dans ma vie, mais j'ai passé une nuit tellement alambiquée que je me dois de la partager.

Alors je disais () que ces temps ci, je dors autant une autruche hypocondriaque, c’est à dire tout le temps. Enfin non, pas tout le temps mais dès que je le peux et même que parfois, je ne peux y résister. Tellement  que j'avais mis de côté les calmants. Selon moi, ça tient au stress et je pense que le sommeil est ma façon de canaliser toutes les angoisses dues aux partiels. Lundi après midi en l’occurrence, je suis rentrée de mon exam et j'ai dormi deux heures.

Sauf que.

Le soir, quand je me suis (re)couchée vers 1h30, j'avais pas trop le moral et plein de choses tournaient dedans ma tête. A 2h30, je prends un lexo. À 3h, je me prends un mur. Ce matin, j'ai une bosse tellement énorme qu'on dirait une licorne anthropophage.

tumblr_bellator.jpg
{By Bellator}

Beaucoup de choses donc, issue du fin fond de mon esprit torturé, sont venues pourrir mes heures de sommeils. De lointains souvenirs :

Quand ma mère venait me border le soir et que je lui disais que j'avais peur d'avoir peur. Quand toute la famille (parents, frère et moi) était dans la voiture et que mon père mettait Chopin dans l'autoradio. Quand je rêvais en écoutant Chopin sans même savoir qui était Chopin. Quand mon père partait plusieurs nuits pour son boulot et que je prenais sa place dans le lit de ma mère. Quand il dormait à la maison et que je l'entendais ronfler à travers la fine cloison qui séparait nos chambres. Quand mon lit regorgeait de nounours et qu'il n'y avait même plus de place pour moi. Les câlins de ma nourrice, devant la télé, quand j'allais dormir chez elle. Les fou-rires interminables avec les copines, quand elles venaient dormir chez moi. Les heures passées à regarder mon frère jouer à des jeux vidéos qui font peur, et moi qui flippais comme une dingue mais qui aimait ça. Les nuits passées chez ma grand mère paternelle, dans des lits tellement mous que t'as peur qu'ils ne t’absorbent. Les soirs où ma mère travaillait tard et que j'allais la chercher à la cuverie pour lui demander de rentrer. Les jours où mon père, stressé, criait depuis son bureau parce qu'il avait perdu un dossier. Les paquets de Princes ou de Kinders ou de Kangos que je m'enfilais devant les minikums, quand je rentrais de l'école.

kango.jpg

Pas mal de questions aussi :

Suis-je normale? Est ce qu'on m'aime? Pourquoi m'aime-t-on? Comment faire pour être aimé? Aimé tel que l'on est je veux dire? Pourquoi le chat m'écrase -t-il la narine gauche avec sa pattoune? Comment me voit-on? Quel avenir pour une fille comme moi? Suis vraiment douée pour certaine chose? Lesquelles? Est ce que je me voile la vérité quant à mes capacités? Que vais-je faire de moi? Pourquoi s les voisins en veulent tellement à mes chats? Pourquoi le temps passe-t-il si vite? Ai-je tendance à enjoliver le passé? A qui est ce que je manque? Qui a décidé que le chiwawa était un chien?

Des questions existentielles donc.

Et ce matin, la femme de ménage des voisins a gueulé sur cette conne de Bastet.

PS : Sinon, je donne des bonnes adresses ici.











Partager cet article

Repost 0
Published by Anonyme - dans Turpitudes
commenter cet article

commentaires

Retrouvez-moi partout

Suivez-moi sur Hellocoton

Instagram

2011-11-21-16-02-301 

Rechercher