Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 07:00



Comme promis, la suite de mes compagnons à poils avec aujourd’hui, les équidés. J'ai déjà parlé de ma passion pour les chevaux ainsi que pour l'équitation, et que ça me tue de ne plus en faire depuis mon installation parisienne. Cela dit, je n'oublie en rien ce que j'ai vécut par le passé, à califourchon sur chevaux et poneys qui m'emportaient à travers les champs.

A vrai dire, des cheveux dans ma vie, y'en a eut un paquet, même jamais aucun ne m’a appartenu, mais certains m'ont plus marqué que d'autre. Éclipse par exemple, magnifique trotteuse alezane que j'ai montée pendant près de 6 ans, dans la colo' où j'allais plusieurs fois par an. Hannn, ma Clipsouille d'amour ! le premier équidé dont je suis me suis vraiment prise de passion. Je crois que plus jamais je n'ai vécut une telle relation avec un cheval. Car même si c'était une vraie pisseuse, entre Éclipse et moi c'était l'harmonie totale. Seuls les cavaliers connaissent ça, cette sensation de ne faire qu'un avec sa monture, quand il nous suffit d'esquisser un ordre, voir même d'y penser seulement, pour que l'animal s'exécute.... le bonheur total ! Je ne me suis jamais sentie aussi bien que sur le dos de ma Clipsouille, même quand elle faisait la couillonne et refusait d'enchainer de beaux déplacements latéraux (en même temps c'est une trotteuse). Et si belle quand je la lâchait, libérée dans son pré et qu'elle partait dans une folle galopade, la queue en panache et sa crinière de feu flottant sur son encolure. LE rêve de liberté?

clipsouille.jpg

Dans ce même centre de vacance, il y avait Duc, un autre trotteur qui avait fait pas mal de courses. Un cheval débile, sans doute justement à cause de l'intransigeance de son passé, mais tellement adorable. Et que je te mâchouille les cheveux, et que j'hennis comme un fou quand tu pénètres dans l'écurie et que, même en liberté, je te suis partout. Le seul soucie de Duc(on), c'est qu'il était pas très futé ; lancé en plein galop, cet imbécile fonçait dans les arbres. D’autant qu'il était très grand (1m78 au garrot) avec des longues jambes qu'il avait du mal à coordonné. En 1h de reprise, il ne trébuchait pas moins de quinze fois. Autre soucie, sans doute du a son passé de coureur, cette brave bête était devenu insensible de la bouche. Donc, il était très compliqué de le faire ralentir, ce qui est encore plus embêtant pour un cheval de course qui fait de grandes enjambés et qui donc, va très vite. Il m'a fallut du temps pour trouver la solution de freinage, mais j'ai réussie. Ce cheval était débile, mais je l'aime tellement que j'en ai fait mon chouchou (en plus, l'est trop beau). Je me rappelle d'une reprise pendant laquelle j'avais fait sauter ce cheval qui n'y était pas, mais alors pas du tout habitué. Quelques jours plus tôt, la mono avait tenter de le faire enchainer plusieurs obstacles mais il l'avait mise au tas. Alors forcément quand on m'a dit : saut avec Duc, j'ai cru que c'était une blagounette. Ben même pas. Mais ce jour là, j'ai tellement bien géré (et Duc aussi) que le soir j'ai surprise les monitrices en parler entre elles. Je n'étais pas censé l'entendre mais elles parlaient de ma performance du jour, impressionnées, saluant ma maitrise de la bête et mes qualités de cavalière. J'étais émue, et du coup, je n'en ai que plus aimé mon Duc.

duc eclipse.jpg

A un moindre niveau, il y a eut Bounty (comme la barre chocolatée). Enfin quand je dis moindre niveau, je parle de taille parce que Bounty ne fait pas plus d'1m40. Par contre, je crois qu'il était tout aussi couillon que le grand Duc(on). Parce que oui, Lilith aime monter sur des petits chevaux, et aussi sur des poneys, même si j'en ai les pieds qui trainent au sol (dois-je rappeler que ce n'est pas la taille qui compte?). Bref, Bounty c'est le poney qui refuse d'avancer si il n’y a pas le cucul d'un copain devant, sauf quand c'est Lilith qui le monte. Éhé, parce que généralement on le filait aux débutants le Bounty qu'est pas grand, qu'est pas méchant... mais qu'est ce qu'il est chiant ! Et quand il l’était trop, on appelait Lilith pour qu'elle lui remette les idées en place à ce poney, afin que je lui apprenne ce qu'on attendait de lui. Non parce que cette teigne d'adorable poney aimait jouer avec les cavaliers incompétents et les emmenait balader un peu où il voulait. Même qu'un jour où je lui montrait, au poney, qu'il pouvait galoper, même en reprise et pas qu'en extérieur, il m'a fait tomber. Oui oui ! Je vous la fait courte : je parviens à lancer la bête dans un beau galop régulier, je suis ravie et fière de moi, tellement que je baisse ma garde. Le truc à pas faire quoi. Là, le poney en profite pour piler net, sans prévenir... et PAF ! Lilith fait un tourneboulé par dessus la tête à Bounty et se retrouve le cucul dans le sable. Ah beh ça m'a fait bizarre : j'avais pas chu depuis des années, et c'était ma première chute de PONEY ! Bon, ça va hein, c'est pas haut, mais mon égo en a pris un coup. Par contre, malgré sa petite taille, il était beau, beau, beau avec sa petite tête et son regard de petite peste ! Et trop mignon quand il galopait à travers les champs du haut de ces mini-jambes !

Leo.jpg

Et enfin Léo. Léo, je ne l'ai pas connu assez longtemps parce que j'ai fait sa rencontre lors de mon stage dans un club en Irlande en 2006. Notre idylle n'a duré que deux semaines, mais quelles semaines ! Il n'avait que quatre ans, donc c'était encore un jeune cheval fougueux, pas trop habitué aux reprises et à un autre cavalier que son propriétaire/dresseur. Mais j'ai impressionné tout le monde en maitrisant la bête lors de sa première balade en extérieur, et plus encore quand je l'ai fait enchainer un joli parcours d'obstacle de plus 90cm alors que la bête n'avait jamais sauté plus que 50cm. Que de souvenirs ; Il était jeune il était beau, il s'appelait Léo...

Bien sur, je pourrai encore vous parler de Gazelle, la magnifique petite fusée, de Nini la comtoise adorable qui tirait l'attelage, de la vache Kelly (énorme jument pie noire), de Simba ou encore de Mac'aline, le poneys blond. Mais ça serait bien trop long..

Mac caline.jpg

Sur les photos, dans l'ordre : Eclipse, Duc et Eclispe, Léo, Mac'aline.











Partager cet article

Repost 0
Published by Anonyme - dans Zoologie
commenter cet article

commentaires

lilith 04/06/2010 00:00

On s'y attache décidément trop vite...

jade 04/06/2010 00:00

ton article me rappelle du coup tous les chevaux que j'ai monté! ma première chute avec sweet pourtant tout mignon, mon coup de coeur pour kango (le cheval parfait et hyper calin) mais qui a été récupéré par son éleveur, pirate le poulain de 5 ans surnommé le tank... ils me manquent :(

lilith 04/06/2010 00:00

Oui, ça marche pas...!

Gazelle 03/06/2010 00:00

Hey dis, et t'as fait du poney à 3 pattes, dis?!

Retrouvez-moi partout

Suivez-moi sur Hellocoton

Instagram

2011-11-21-16-02-301 

Rechercher