Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 07:00



La sensation est toujours étrange quand je me rends au pays natale. Elle n'est pas toujours la même mais à chaque fois, elle me surprend. Trois ans que j'ai quitté le nid, presque un an que j'ai quitté la région et les choses n'ont pas changé. Ou si peu.
Les mêmes voitures passent et repassent, je croisent inlassablement les mêmes personnes qui ont juste pris quelques rides/centimètres, les petits commerçants n'ont pas bougé et j'achète toujours mes clopes au même endroit. Pas de changements notables donc, si ce n'est un ou deux nouveau bâtiments ici ou là dans cette petite ville de Bourgogne.

040_nuits.JPG

Ce qui a changé en revanche, c'est ma vision. Si je ne me suis jamais sentie à ma place ici, je souris désormais en pensant à la jeune femme que je suis devenue. Et tout me paraît si petit.... les maisons d'abord. Il m'a suffit d'une rapide visite chez ma nourrice d'antan pour m'étonner de la petitesse de sa maison. C'est toujours la même bâtisse depuis plus de 20 ans, mais à l'époque elle me paraissait énorme et le jardin infini. J'arpentais le long couloir d'entrer en un temps qui me semblait une éternité alors qu'aujourd'hui, je le fais en deux enjambées. Et reprendre le chemin que j'ai fais un millier de fois pour me rendre à la maternelle et m'étonner qu'il ne me faut que 10 minutes. Er regarder les tours d'immeuble pour finalement m'apercevoir que non, elles ne sont pas si hautes que ça. Et regarder ces gosses qui sortent du collège en espérant qu'ils trouvent leurs voies et non plus prier pour qu'ils se fassent égorger.

tumblr_petitepoupee500.jpg
Le regard des autres a aussi changé. Je veux dire, leur regard sur moi. Ceux qui jadis se moquait de mon style, de ma grande taille et j'en passe, me regardent aujourd'hui avec envie et me sifflent à la moindre occasion.

Et toutes ces choses qui m'ont trop souvent horripilé et qui désormais, avec la distance que j'ai apprise à prendre, me font follement marrer.

Est il nécessaire de préciser que l'idée de passer cinq jours ici m'angoissait terriblement? Finalement, il n'y avait pas de quoi car j'ai depuis longtemps dépasser tout ça, tout ce qui a fait que j'ai fuie cette ville aussitôt mon bac en poche. Je suis loin de cette époque et de tout ce qui m'a pousser à déguerpir. Assez loin pour pouvoir simplement profiter du temps qui m'est offert en compagnie de mes parents, de mes amis et de mes souvenirs, bons comme mauvais.

Tranquillement, simplement.











Partager cet article

Repost 0

commentaires

Retrouvez-moi partout

Suivez-moi sur Hellocoton

Instagram

2011-11-21-16-02-301 

Rechercher